RSS

Travail 9 : Ramener la ceinture de la reine des Amazones

25 mar

Eurysthée cède à tous les caprices de sa fille Admète et celle-ci exige qu’on lui rapporte la ceinture d’or d’Hippolyté, la reine des Amazones. Ce peuple guerrier est uniquement composé de femmes, célèbres pour leurs coutumes sauvages et cruelles. Héraklès embarque à bord d’un navire en direction de l’est vers la Bithynie; accompagné par un groupe de volontaires.

En raison du climat défavorable la traversée de la mer Egée s’interrompt sur l’île de Paros, où les quatre fils du roi Minos attaquent le groupe et tue deux compagnons d’Héraklès, ce dernier les tue et pour calmer sa colère Héraklès choisit deux hommes de Paros et repart. Après plusieurs jours de navigation, Héraklès et son armée atteignent le continent turc en arrivant en Mysie. Là, le héros trouve l’hospitalité de Lycos, un homme en guerre contre les Bébryces. Héraklès l’aide en exterminant l’armée ennemie et lui offre la région des Bébryces, appelé Héraclée. Mais Héraklès doit aller plus loin dans les terres orientales pour trouver le royaume des Amazones ; ils traversent la Dardanie et embarquent dans un port de la mer de Marmara, de là ils atteignent la mer Noire et après des jours, ils arrivent dans le port de Thémycire en Bithynie.

Hippolyté rend visite à Héraklès dès qu’il met pied à terre, sans intention belliqueuse. Elle invite alors Héraklès, à l’entretenir en privé au sujet de sa venue. De ce tête-à-tête nous ne connaissons que très peu de détails, mais apparemment le héros plait à Hippolyté qui consent à lui donner sa ceinture. La ceinture d’or incarne la suprématie qu’Hippolyté à reçu de son père Arès sur le peuple des Amazones. Mais il allait en être autre; en effet, Héra s’emmêla et s’étant déguisé en Amazone elle répandit la rumeur de l’enlèvement de la reine. Le lendemain matin, Héraklès est réveillé par des bruits de galop et il aperçoit des cavalières amazones prêtes à l’attaquer, lui et ses compagnons. Héraklès alors convaincu de la trahison d’Hippolyté, se jette sauvagement sur la reine endormie et lui donne un coup mortel. Il arrache la ceinture d’or du corps d’Hippolyté et réunit ses hommes pour embarquer au plus vite, mais combat une centaine d’Amazones avec sa massue avant de partir. La traversée dure plusieurs jours avant que l’embarcation ne fasse escale au port de Troie, où ils aperçoivent, enchaînée à un rocher de la falaise, une jeune fille terrorisée par un énorme monstre marin. Héraklès veut lui venir en aide, il débarque dans le port de Troie. Il délivre celle qui est en fait la princesse Hésione, victime de son père. Héraklès doit quitter Troie rapidement pour retourner à Mycènes et finir sa mission. Après quelques obstacles, le navire arrive à Mycènes en quelques jours et Héraklès pût enfin remettre la ceinture d’or à Eurysthée.

 

 

Jusqu’à la fin du VIe siècle, les vases attiques à figures noires et à figures rouges ont représenté le combat des héros grecs contre les Amazones; Héraklès apparaît quasiment toujours vêtu de sa peau de lion avec son épée (ou sa massue) à la main et est souvent représenté dans la mêlée, saisissant une des Amazones en fuite ou tombée à terre.                                                                                                                                                        Parmi les céramiques grecques antiques que l’on a choisit, on peut voir deux tendances : le combat d’Héraklès contre une Amazone à terre c’est le cas sur le canthare attique à figures rouges de Douris, conservé au musée de Bruxelles où Héraklès transperce de son épée une Amazone à terre alors que d’autres l’entourent et lui tirent dessus avec leurs arcs. Même schéma observé sur une coupe à figures rouges attribuée à Onesimos, conservée au British museum où Héraklès vêtu de sa peau de lion s’apprête à donner un coup de massue à une Amazone à terre. De même sur la face A d’une amphore attique à figures noires, conservée au musée de l’université de Pennsylvanie où Héraklès s’apprête à achever une Amazone à terre alors qu’une seconde Amazone tente de venir la sauver en attaquant Héraklès avec une lance. Et enfin sur la face A d’une amphore à col attique à figures noires, attribuée au groupe de Médée, conservée au Metropolitan Museum of Art de New-York où Héraklès vêtu de sa peau de lion combat une Amazone à terre avec son épée et deux autres l’entourent et l’attaquent.                                                                                                                                        Et une tendance plus héroïque où Héraklès combat une ou plusieurs Amazones debout : on retrouve ce motif sur la face A d’une amphore tyrrhénienne attique à figures noires, attribuée au peintre Timiades, conservée au Musée Fine Arts de Boston : Héraklès vêtu de sa peau de lion combat une Amazone nommée Andromaque avec son épée. Sur une hydrie attique à figures noires, conservée au Staatliche Antikensammlungen de Munich : Héraklès vêtu de sa peau de lion combat deux Amazones armées de lances et d’épées ainsi que de casques et de boucliers. Et sur la face A d’une amphore à figures noires, attribuée au peintre d’Antiménès, conservée au musée d’art de Toledo où Héraklès revêtu de sa peau de lion, combat avec son épée trois Amazones vêtues à la manière de soldats grecs ; l’une d’elles tient un arc et porte le carquois.

About these ads
 

Mots-clés : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :